Pourquoi j’ai commencé une nouvelle vie ?

J’ai fait des études, j’ai près de huit années d’expérience professionnelle dans mon domaine. Alors pourquoi, à 29 ans, laisser tout cela tomber et démarrer quelque chose de totalement différent ?

La réponse est peut-être cliché, mais c’est celle qui me vient le plus souvent : et pourquoi pas ?

Pour ceux qui ne me connaîtraient pas, je m’appelle Solange. Si on fait un tour rapide de mon parcours professionnel, on a :

  • Baccalauréat littéraire (option européen, mention assez bien)
  • Un an de LLCE japonais
  • Une année de prépa journaliste
  • Deux années de formation en alternance journaliste presse écrite et web (avec le certificat à la fin)
  • 6 mois dans le journalisme
  • 5 ans en tant que responsable éditorial dans diverses entreprises (ou content manager, ou chef de projet web, appelle ça comme tu veux)

Bref, quand on fait une petite somme de tout ça, on a à peu près huit ans dans un même domaine professionnel : communication/marketing (un quart de ma vie, hein, mine de rien), voire dix, si on compte les études littéraires.

Ok. Maintenant, je vais être développeuse logicielle, spécialisée en intelligence artificielle.

Rien à voir, me diras-tu sûrement. Et pourtant.

 

Que réponds-tu à « Tu fais quoi dans la vie ? »

Faisons un test : si je te pose la question « tu fais quoi dans la vie ? », que réponds-tu ? (n’hésite pas, réponds en commentaire avant de lire la suite).

La plupart des personnes que j’ai rencontrées ont répondu par le nom de leur métier et leur entreprise. J’ai toujours trouvé cela extrêmement agaçant, parce que la plupart du temps, je me retrouve face à une personne qui va m’expliquer ses tâches quotidiennes, les responsabilités qui pèsent sur ses épaules, les problèmes qu’elle rencontre… Et dénigre sa profession dans les cinq minutes qui suivent la question.

Alors j’enchaîne toujours sur la question « et sinon tu aimes quoi dans la vie ? » qui fait beaucoup trop j’ai 12 ans et je discute sur AIM avec un garçon du collège (les vrais savent).

En fait, ma question porterait plus sur « qu’est-ce qui te passionne ? ». Qu’est-ce qui te définit ? Il n’y a pas de mauvaises réponses : ce peut-être ta prochaine escapade en Ardèche, ta fille qui vient d’avoir 8 ans, le dernier livre qui t’a marqué, la guitare que tu apprends à jouer… Et évidemment ce peut-être ton métier, qui te passionne.

Ce que je veux savoir, c’est ce qui te fait sourire, vibrer, vivre, appelle ça comme tu veux. L’endroit où tu passes huit heures par jour, s’il ne te plaît pas, ça ne m’intéresse pas. Ce n’est pas ce qui fait de toi, toi. Et ça, on l’oublie un petit peu trop souvent : un métier ne te définit pas forcément, mais une passion, si.

 

Un métier ne te définit pas forcément, mais une passion, si.

 

C’est quoi, ta passion ?

Maintenant, si on part de ce principe, quel peut bien être le rapport entre l’écriture et le développement logiciel ? Facile : la création.

C’est ça, ma passion à moi. Partir d’une page blanche et développer des mondes, des histoires, stimuler le cerveau des personnes qui touchent au fruit de mon travail. Les tenir par la main pour les emmener sur un chemin qui va les enrichir spirituellement (je n’aime pas ce mot, mais bon, j’espère que tu vois l’idée). CréaRéal, c’est pour « créatrice de réalités ».  Ce n’est pas pour rien. Et pour moi, l’écriture comme l’informatique peuvent y mener. Mon métier de rêve ? Il se trouve dans la série Westworld : être la créatrice d’une réalité montée de toute pièce (avec un chouia plus de respect que certains personnages de la série, dans l’idéal). Tu l’auras compris, ce métier n’existe pas encore. Et ce n’est pas en respectant les parcours normés qu’il sera créé.

Alors j’ai fait le choix – assez évident au final – de laisser tomber cette « carrière » qui ne me convenait pas et de créer mon propre chemin. Auteure la première moitié de la semaine, développeuse en formation l’autre, en attendant d’avoir assez de connaissances techniques pour réaliser des projets plus ambitieux.

 

Ose

Mais tout ça, au-dessus, c’est juste mon parcours. Je n’écris pas cet article seulement pour parler de moi. Ce que j’aimerais faire passer, c’est l’idée que si, toi aussi, ton parcours ne te plaît pas et que tu rêves d’autre chose, ose. Ose te tester. Fais-le intelligemment, mais fais-le quand même.

Je me suis amusée à faire une petite liste des objections que j’ai le plus souvent rencontrées, chez moi ou chez les autres, quand on a peur de réaliser ce qui nous plaît :

  • « J’ai fait trop de sacrifices pour arriver là où j’en suis pour faire autre chose aujourd’hui »
    • Aucune expérience (professionnelle ou personnelle) n’est à jeter. Tu as payé très cher ton école pour faire ton métier, qui finalement ne te plait pas ? Ça t’aura au moins appris que ce métier n’est pas fait pour toi. Et probablement que sans cette école, tu n’en serais pas là de tes réflexions vers ce qui te plairait vraiment. Et ce serait quand même bête d’avoir fait des sacrifices pour finir misérable, non ?
  • « Je suis trop vieux/vieille pour changer de vie »
    • A moins que ton âge ne te limite physiquement pour assouvir ta passion, ce n’est même pas un argument.
  • « Je n’ai pas les capacités pour assouvir ma passion »
    • Acquiers-les. Trouve la personne/l’organisme/le groupe/la formation qui saura t’aiguiller petit à petit. Spoiler alert : ça peut être long. Mais continue de chercher.
  • « Mes proches ne seront pas d’accord / Les recruteurs ne voudront pas de moi / On va me juger »
    • Alors celle-là, c’est mon objection préférée et elle était un peu difficile à tourner. Selon ta passion, l’objection varie, mais l’idée est là : tu impliques les autres. Arrête. Tu n’as pas besoin de leur validation tant que tu sais toi ce qui te plaît. Et une fois que tu auras atteint ton objectif, sache qu’une personne « habitée » par sa passion est beaucoup plus convaincante.

Evidemment, il y en a plein d’autres. Et si certaines objections t’empêchent d’avancer, je te propose de les partager en commentaires et serais ravie d’en discuter dans la limite de mes capacités. En attendant, je te souhaite une bonne visite sur mon nouveau site et espère que tu apprécieras le résultat de mon travail. A la prochaine !

6 commentaires sur “Pourquoi j’ai commencé une nouvelle vie ?

  1. La reconversion, je connais bien…! Après des études dans le commerce, je suis partie dans l’éducation nationale ! Il faut oser mais c’est bien mieux d’être en accord avec soi même !

  2. C’est vrai qu’à la question « Tu fais quoi dans la vie », la plupart des personnes répond directement par leur métier. Pourtant, un être humain ne se définit pas uniquement par cet aspect-là.
    Ton paragraphe Ose m’a beaucoup intéressé d’autant plus que je suis moi-même dans une période de forte réflexion sur mon avenir. Je rajouterai une crainte qui peut bloquer : la peur de l’échec…
    En tout cas, je te souhaite le meilleur pour la suite.

    1. Merci pour ton commentaire 🙂 C’est vrai que la peur de l’échec peut être handicapante. Pour lutter contre, une seule solution : la confiance, en toi ou en les autres. Tu me diras « oui enfin c’est facile à dire », car c’est vrai que ce n’est pas évident à acquérir. Je conseillerai alors de prendre du recul : regarde ce que tu as accompli jusqu’à maintenant et/ou les gens qui t’entourent et t’ont aidé et surtout, sois bienveillante envers toi-même. Tu as le droit de te féliciter pour chaque petite action accomplie, avant d’attaquer les plus grosses, personne n’a le droit de te juger. En esperant t’avoir aidé 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *